Marianne Kurz

Après des études de philosophie, Marianne Kurz devient professeure spécialisée à l’Institut national des jeunes sourds (INJS) de Chambéry, où elle enseigne aux enfants sourds. Elle est l’autrice de Celle qui parlait trop bien (éditions Kiwi, 2021), Facteur V Leiden – La résilience d’une maman sourde et parange (Fauves  éditions, 2019) et Lettres à l’abbé de l’épée (PU de Savoie/cid, 2012).

Ses ouvrages

  • Les parents de Marianne s’effondrent à l’annonce de sa surdité .Comment élever cette petite fille qui sourit à un monde qu’elle n’entend pas ? Comment l’accueillir dans la culture entendante sans renier sa différence ? Petite, Marianne ne parlait pas. Maintenant, elle parle trop ! Née dans un monde de silence, elle grandit dans une famille entendante qui lui ouvre les portes de la culture orale et de la parole. Cette double appartenance, qu’elle perçoit comme une richesse précieuse, est pourtant l’origine d’un rejet des deux sociétés qui devaient l’accompagner. Marianne navigue dans un entre-deux parfois douloureux, où trouver sa place et son identité n’est pas vident. En renouant avec la petite fille curieuse qu’elle était, Marianne nous livre le récit résilient de son parcours de vie et les clés pour accueillir la différence tout en célébrant la diversité. Elle défend avec force et bienveillance l’ouverture d’esprit et la double culture qui est la sienne. Grâce à l’écriture, elle se réconcilie avec son histoire et libère une parole trop longtemps rendue inaudible. Ce témoignage essentiel fait le pont entre la culture des entendants et celle des sourds, dans l’espoir de les unir et d’ouvrir une voie plus sereine aux familles qui font face au tabou de la différence.

    Marianne Kurz

    Celle qui parlait trop bien

    17 €